Fitch s’attaque au marché du logement et prévoit une contraction « plus sévère » 

Cat : 

 

« Les prévisions de Fitch pour le secteur du logement en 2007 sont devenues plus baissières. » Ce sont leurs mots, pas les miens. L’agence de notation Fitch Ratings a publié ce soir un rapport sur le marché du logement – et a même été jusqu’à mettre l’intégralité du rapport dans son communiqué de presse. Essentiellement, le rapport revient à admettre que les choses sont pires que ce que l’on pensait, et donne 30 % de chances à ce que l’on pourrait décrire comme le « scénario apocalyptique » que de nombreux blogueurs sur la bulle immobilière ont écrit. Sur la prise générale de Fitch:

Fitch Ratings s’attend à ce que la contraction soit plus sévère (que prévu précédemment) pendant le reste de l’année 2007, principalement en raison du resserrement des normes hypothécaires et des marchés hypothécaires perturbés. Plus important encore, il est probable que 2008 sera une autre année difficile pour ce secteur. Fitch a évalué divers scénarios macroéconomiques réalistes pour l’année prochaine et conclut que les pressions opérationnelles et financières persisteront et, peut-être, s’intensifieront pour les constructeurs publics de logements …

 

Sur les stocks :

 

Peut-être, le problème le plus difficile pour le logement, tant neuf qu’existant, est l’excès de stocks. La statistique mensuelle des maisons à vendre – voir aussi le site d’annonces vivastreet fr – a dépassé les 500 000 au cours des 21 derniers mois, un niveau qui a souvent présagé des ralentissements majeurs de l’industrie. Et, bien sûr, un ralentissement est clairement en cours. L’offre mensuelle de logements neufs était d’environ 7,7 mois en juin et de 7,5 mois en juillet. L’offre de logements existants était de 9,1 mois en juin et de 9,6 mois en juillet. On estime généralement qu’une offre de 5,5 à 6,0 mois représente un équilibre approximatif de l’offre par rapport à la demande pour les stocks de maisons neuves et existantes. L’inclusion des maisons laissées chez les constructeurs à la suite d’annulations de ventes, ainsi que la prise en compte d’un niveau accru de maisons à vendre vacantes dans le parc immobilier existant, suggèrent que l’excédent de stocks mesuré par le ratio d’offre de maisons neuves du Census Bureau est sous-estimé. L’excédent actuel de logements vacants à vendre (neufs et existants) n’est peut-être pas tout. Le taux d’inoccupation des logements locatifs unifamiliaux a récemment grimpé à un niveau record, reflétant vraisemblablement les difficultés rencontrées par les investisseurs qui attendent leur heure avant de remettre des maisons unifamiliales sur le marché.

Fitch s’attend maintenant à ce que le total des mises en chantier s’élève à 1,30 million en 2007, contre 1,46 million dans une prévision antérieure. En outre, Fitch s’attend à une baisse des prix :

 

Le prix moyen des logements neufs unifamiliaux devrait baisser de 2,5 % en 2007, tandis que le prix médian des logements neufs glisse de 1,5 %. Les réductions de prix  » réelles  » sont sûrement plus importantes que ce que montrent les prix des transactions (et les prévisions de Fitch), car les incitations à la vente ne sont pas incluses. Cependant, cette année, une plus grande partie de la réduction « réelle » des prix sera probablement constituée de baisses de prix de vente manifestes. Malheureusement, les prix des logements n’ont pas encore atteint les niveaux de compensation du marché dans la plupart des endroits. Les prix des maisons (en particulier les prix des maisons existantes) ont définitivement été  » collés  » à la baisse. Ce modèle est similaire au comportement des prix présenté lors des précédentes corrections majeures de l’immobilier.

 

Tout cela signifie que Fitch s’attend à ce que les constructeurs de maisons continuent à prendre des coups. Et beaucoup d’entre eux :

Vu les nouvelles prévisions de Fitch pour le reste de l’année 2007, il semble probable que les pressions financières des constructeurs se poursuivront sans relâche. Pour l’ensemble de l’année, les revenus pourraient chuter de 30 à 35 %, en moyenne, tandis que les bénéfices avant impôts, avant les charges immobilières, pourraient s’effondrer de 75 à 80 %.

 

Et pour terminer, j’ai pensé que cette petite friandise était également intéressante, une sorte de clause  » tous les paris sont ouverts  » :

Fitch note les constructeurs dans le contexte d’un cycle typique. Au milieu d’un cycle haussier non typique, comme cela s’est produit au cours de la période 1992-2005, un certain nombre de constructeurs ont obtenu des notes de crédit plus élevées. À l’inverse, dans cette contraction plus forte que prévu, qui semble maintenant durer plus longtemps, et comme les métriques de crédit des constructeurs (malgré leurs nouveaux  » modèles d’exploitation « ) seront encore plus stressées, les notations devront être ajustées.

Il serait peut-être temps d’obtenir des chapeaux en aluminium pour les analystes de Fitch, vous ne pensez pas ? 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn