Notre modèle d’objectif défini : Oui, la cupidité doit être prise en compte si nous voulons concevoir un plan directeur pour l’industrie dans son ensemble. Plus important encore, nous devons reconnaître le premier ingrédient de la réussite immobilière : la génération de prospects. Le courtier n’est plus d’actualité. La capacité à créer des pistes est LE facteur le plus important et définit les principaux acteurs du modèle qui nous fera avancer. Mais nous recherchons davantage. Si nous voulons créer un modèle pour l’avenir, chargeons-le d’un niveau de responsabilité encore plus élevé. Créons un modèle qui débarrasse également le secteur des mocassins et des « vendeurs de chaussures » peu performants. Créons un modèle qui soutient sa croissance par le succès plutôt que par la loi. Créons un modèle qui génère son propre besoin et sa propre récompense pour l’éducation. Créons un modèle qui permet à tout le monde d’entrer, mais qui exige dévouement et professionnalisme pour réussir. Créons un modèle sans l’aide de lois fiscales truquées et d’une interprétation « souple » des entrepreneurs indépendants. Enfin, et c’est le plus important pour la transférabilité universelle, créons un modèle qui soit réalisable maintenant et avec nos compétences actuelles. Le modèle de base de l’équipe immobilière échoue dès le départ. Il ne prend en compte presque aucun de nos besoins et peu de nos désirs. Qu’en est-il des super équipes ?

 

Les super équipes : Elles ressemblent à ceci : un ou éventuellement deux agents sont les chefs d’équipe ; ils sont les faiseurs de pluie (RM). Au-delà des RM, il peut n’y avoir rien de plus qu’un administrateur à temps partiel ; ou bien il peut y avoir plusieurs agents d’acheteurs, agents d’inscription, coordinateurs de prospects, directeurs du service clientèle, directeurs du marketing, etc. Ce qui les rend uniques, c’est qu’ils travaillent tous dans l’équipe des RM et directement pour eux. Ils peuvent apporter leurs propres affaires (et les commissions sur ces affaires peuvent être plus élevées), mais la principale responsabilité de ceux qui travaillent au sein de la Super Équipe est de profiter aux RM. Toute l’équipe existe pour enrichir les MR ; pour les aider dans leur marketing de maire – pour les aider à devenir maire pour la vie. Les super équipes permettent le changement. Si un membre de l’équipe décide qu’il peut aussi être un maire, il est libre de créer sa propre équipe (et d’être bien formé pour cela). Mais pour un grand nombre d’entre eux, l’idée de profiter de la profession d’agent immobilier sans tout le marketing désordonné et les préoccupations concernant le style de vie des commissions fait de la Super Équipe un foyer confortable.

Ce modèle tient certainement compte de l’aspect cupide et définit littéralement l’importance de la génération de prospects. Il nous débarrasse aussi tout à fait adéquatement des mocassins et des pleurnicheurs de la fontaine à eau (les RM auraient une courte patience pour quelqu’un qui ne tire pas son poids). Après cela cependant, ce modèle commence à tomber.

Ma première pensée a été : « N’ai-je pas déjà écrit quelque chose qui est directement en rapport avec cela ? ». Ma deuxième pensée a été :  » Oh oui, mais je ne l’ai jamais publié, n’est-ce pas ? « 

Voilà donc l’essai de 1 500 mots qui se dirige rapidement vers genre 3 000 mots. Lisez la suite à vos risques et périls. Vous êtes prévenus.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un modèle qui ressemble précisément à son concept de  » Super-Équipe  » : les cabinets d’avocats.

 

Intro aux cabinets d’avocats

Les cabinets d’avocats sont pour la plupart des sociétés en commandite (pour la plupart, bien que quelques-uns soient des sociétés professionnelles) avec une responsabilité pour chaque partenaire limitée à l’étendue de sa participation dans l’entreprise. La plupart sont dirigés par un sous-ensemble plus restreint d’associés, un peu comme un comité exécutif. Et le chef du cabinet est généralement celui qui préside le comité. Mais ce sont les partenaires. Ce sont des propriétaires d’actions.

La grande majorité des avocats des grands cabinets sont des associés, alias des salariés, alias des esclaves salariés – parfois appelés « péons » ou « hé vous ! ». Ils reçoivent un salaire, et parfois un bonus basé sur les performances, comme n’importe quel employé d’entreprise. Leur temps est facturé à un taux bien plus élevé que ce que le cabinet leur verse. Presque tous les associés râlent et se plaignent de la façon dont ils sont traités, mais peu d’entre eux veulent partir et créer leur propre cabinet parce qu’ils savent qu’ils ne pourraient pas obtenir les clients par eux-mêmes.