1. Le gestionnaire

Pourquoi être un gestionnaire peut être une bonne chose : Dans un sens, en tant que propriétaire, vous êtes le gestionnaire global, quel que soit le projet. C’est votre argent et c’est sur votre propriété que les travaux se déroulent. Même si vous avez un chef de projet officiel (et pour presque tous les projets de rénovation, c’est une très bonne idée), vous avez toujours la possibilité, en tant que propriétaire, d’agir comme une sorte de gestionnaire global. Pour être un gestionnaire responsable, il faut prendre soin de tenir de bons dossiers, de suivre ses finances et, d’une manière générale, d’avoir un bon sens de l’évolution des choses. Un bon gestionnaire ne se cache pas des défis potentiels, communique clairement et efficacement et exprime ses préoccupations plutôt que de laisser les choses s’envenimer.

Des inconvénients à être le gestionnaire : Il y a une différence entre assumer sa part de responsabilités et simplement sauter et essayer de prendre le contrôle. Sauter fréquemment pour vérifier comment les choses progressent peut être perçu par votre entrepreneur comme un dépassement. Intervenir trop fréquemment peut également perturber le travail et créer plus de confusion qu’il n’en résout.

Conseil : Définissez clairement votre rôle officiel. Est-ce que vous embauchez un chef de projet ? Il peut s’agir de votre entrepreneur général, d’un concepteur ou d’un architecte (connaissez-vous le magazine spécialisé ArchiExpo ?). Si c’est le cas, il est important de reconnaître que vous payez effectivement cette personne pour s’occuper de la gestion de votre équipe et de votre projet. Si ce n’est pas le cas, vous assumez par nécessité le rôle de gestionnaire de projet – un scénario très différent ! Dans le cas (plus courant) où vous avez engagé un gestionnaire de projet, il est important de définir clairement où se termine votre rôle et où commence celui de votre entrepreneur ou concepteur. Il peut être utile de vous asseoir avec votre entrepreneur avant le début des travaux pour revoir exactement ce dont chaque partie sera responsable, et où ces responsabilités pourraient se chevaucher.

2. Le micromanager

Pourquoi être un micromanager peut être une bonne chose : Les micromanagers ont mauvaise réputation, mais il y a un avantage à ce style de gestion : Les micro-managers ont tendance à avoir le sens du détail, à être proactifs et à savoir respecter les délais. Cela peut être une aide précieuse lorsqu’il s’agit de prendre les centaines (voire les milliers ?) de décisions qui doivent être prises lors d’une rénovation. Là où d’autres pourraient s’effondrer sous la pression, un micromanager a toutes les chances de s’épanouir.

Les inconvénients du micromanagement : S’impliquer à l’excès dans votre projet de maison – au point d’essayer de contrôler chaque petit détail – peut ralentir ou bloquer le travail, créer de la frustration chez les pros que vous avez engagés et, au final, rendre l’expérience de travail peu agréable. Y a-t-il des moments où la microgestion est payante ? Certainement, et nous y reviendrons plus loin. Mais continuez ainsi et vous épuiserez tout le monde… y compris vous-même !

Conseil : Sachez quel niveau de communication est raisonnable. Si vos attentes et celles de votre entrepreneur ne concordent pas en matière de communication, vous risquez de vous sentir ignoré alors que, du point de vue de l’entrepreneur, tout se passe bien et tout est normal ! En règle générale, il n’est pas déraisonnable de recevoir un appel téléphonique dans la journée, et un courriel (surtout si vous demandez beaucoup de choses) dans plusieurs jours. Si vous savez que vous êtes tenté d’appeler ou d’envoyer un courriel à votre pro très fréquemment, il pourrait être utile de tenir plutôt une liste courante de questions et de préoccupations, puis de fixer un jour ou une heure régulière pour faire le point, lorsque vous pourrez faire entendre toutes vos préoccupations et y répondre en même temps.

Conseil : Nommez vos principales priorités et laissez le reste de côté. Il est facile, au milieu d’un grand projet, de se concentrer sur les détails au point que chaque chose semble avoir le même poids. Bien que nous aimerions tous (y compris vos pros) que chaque petit détail d’un projet soit parfait, la réalité est que ce n’est pas très probable. Certaines choses ne seront pas possibles, des erreurs seront commises, des pièces seront en rupture de stock, des problèmes surgiront. C’est la nature de la bête.

3. Le remodelage sans intervention  

Pourquoi ne pas intervenir pendant votre remodelage peut être une bonne chose. Quel pro ne voudrait pas travailler avec un client de remodelage décontracté ? Lorsque vous adoptez une approche non interventionniste, vous faites confiance aux membres de votre équipe pour faire de leur mieux. Les personnes qui ne s’impliquent pas dans les travaux de rénovation font preuve de patience et de calme, deux qualités essentielles pour une rénovation réussie. Vous pouvez même être physiquement éloigné du site, ce qui peut potentiellement aider à accélérer les choses, si les travailleurs n’ont pas besoin de travailler autour de votre horaire ou de s’inquiéter des enfants et des animaux domestiques sous les pieds.