La fin de la « recherche » immobilière

 

Les forces qui vont tuer la recherche immobilière telle que nous la connaissons ont été mises en branle. Elles sont embryonnaires mais se développent rapidement. Elles dépasseront leur proie d’ici quelques années.

Personnellement, je me réjouis de cette évolution. Je suis fatigué de remplir des champs de formulaire, de tirer sur des drop downs et de tripoter des curseurs. En fait, « chercher » quelque chose suggère, a.) que vous avez perdu quelque chose, ou b.) de l’anxiété.

Il y a trois raisons pour lesquelles je pense que nous sommes dans un grand changement:

  • Tout le monde a un téléphone mobile 
  • L’expérience Web sur ces appareils s’améliore à une vitesse vertigineuse 
  • La connaissance de la localisation, soit par le GPS ou la triangulation des tours de téléphonie cellulaire, est intégrée dans de plus en plus d’entre eux

Que cela signifie-t-il ? Cela signifie que le Web va devenir une expérience de plus en plus facile à vivre. Nous chercherons moins et trouverons plus. Notre présence même remplacera les « critères de recherche » pour des éléments spécifiques à un lieu, comme les distributeurs de billets, les cafés – et les maisons.

Cela fait partie de ce que beaucoup ont appelé le « Web ambiant. » Le matériel est prêt ; les applications Web suivront bientôt.

 

Il y a quelques mois, Yahoo ! a présenté sa plateforme FireEagle, qui permet aux utilisateurs de partager en toute sécurité leur localisation en ligne et donne aux développeurs une suite d’API pour leur fournir des informations basées sur l’endroit où ils se trouvent à tout moment. Google a ajouté une fonction « Ma position » à ses cartes à la fin de l’année dernière. Microsoft a ajouté la géolocalisation à son moteur de recherche Live Search au Royaume-Uni et au Japon la semaine dernière. La dernière mise à jour de mon iPhone a rendu les indications routières beaucoup plus faciles en trouvant automatiquement mon point de départ, même lorsque je suis perdu.

 

Voyez, plus de recherche.

Je sais que cela semble tiré par les cheveux pour le moment. La plupart des courtiers sont encore limités par des solutions IDX sclérosées et des « vendeurs de sites Web » de la vieille école. Et je réalise que les applications immobilières en ligne mobiles et conscientes de l’emplacement ne seront pas très utiles pour les relos et ceux qui ne sont pas convaincus par les assurances de confidentialité. Cependant, comme je l’ai déjà soutenu, le client a « quitté le bâtiment » – accéder aux informations immobilières dont il a besoin en déplacement.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn